Chroniques

Africa, always the last, always the least…

Afrique qu’a chanté ma grand-mère, dans les savanes ancestrales, Afrique qu’on a encore chanté pour le mondial, et qui déçoit, encore et encore, comme toujours…Est-ce cet Afrique qui a jadis été le berceau de l’humanité, cet Afrique qui est mère de l’écriture, mère de toute les civilisations, mère de l’Egypte des Pharaons et des pyramides, mère des hommes Saints, des guerriers qui font sa fierté, tels Serigne Touba, Cheikh Omar Foutiyou…Cet Afrique si riche et si pauvre. Cet Afrique, riche en mythe. Cet Afrique opprimée, anéantie, brisée par l’histoire, par plus fort qu’elle. Cet Afrique qui a accepté et accepte encore aujourd’hui, d’être le plus faible, le dernier, encore et toujours. Qui accepte d’être derrière quand tous les autres sont devant, qui accepte de tendre la main quand tous les autres se battent pour s’en sortir, qui accepte de gaspiller même quand les plus riches se privent en période de crise.
Cet Afrique qui s’apitoie sans cesse sur son sort, pleurant nos millions d’ancêtres déportés et réduits à l’esclavage. Cet Afrique qui ne cesse d’accuser l’occident de tous les maux, sans s’auto juger, et pourtant…Nous ne sommes pas si innocents que ça. Qui a vendu nos ancêtres, n’est-ce pas leur propre semblable, contre des pacotilles, de l’eau de vie, et des miroirs ? C’est tristement ridicule.
Quand est-ce que cet Afrique se réveillera-t-elle, quand est ce qu’elle apprendra à dire NON, quand commencera-t-elle à imposer ses règles du jeu, elle qui, en plus, détient toutes les richesses naturelles de ce monde, elle, sans qui, demain, Ferrero ou la laitière n’auraient pas de quoi produire leur chocolat qui fait tant rêver, et les exemples peuvent être innombrables. Quand est ce que les cerveaux arrêteront de fuir pour servir d’autres pays alors que le leur en a désespérément besoin ?
Décidément, cette coupe du monde a suscité tellement de déceptions qu’elle devrait en même temps secouer les consciences. Aucun pays africain, mis à part, le Ghana, ne s’est qualifié pour les 8 eme de finale. Chaque défaite laissait un gout si amer, si fort, que ça en devenait révoltant. Qu’est ce qui peut bien expliquer ce niveau alors que l’essentiel des joueurs évolue dans l’international ? Est-ce une loi ? L’Afrique doit-elle toujours être dernière? Est-elle maudite ? Pourquoi n’arrivons nous pas à sortir du lot ? Qui peut donner des réponses à ces questions, que se posent des millions et des millions d’africains ?
Nous sénégalais, à défaut de célébrer notre pays, avons voulu célébrer notre continent, mais, au final, ce fut peine perdue. Ce qui est encore plus écœurant, c’est tous ces milliards qu’on injecte entre les primes, et toutes les charges relatives au bon fonctionnement d’un team qui, en définitive, ne fonctionne pas. L’Afrique a tant à faire, tant à régler, pourquoi alors perdre notre argent, notre temps et notre énergie pour après, faire partie des premiers éliminés ? Des derniers, comme d’habitude. C’en est devenu triste, désolant. Ca fait si mal de constater qu’on est derniers dans tout : dans le sport, l’économie, tout, et l’ironie, c’est qu’on veut tellement ressembler à ces pays qui sont à des années lumières devant nous, qu’on veut vivre comme eux, fonctionner comme eux, réfléchir comme eux. Pour une fois qu’on a accueilli l’évènement le plus important du football dans notre terroir, on aurait au moins pu sauver l’honneur. Mais on ne peut nier l’évidence, les autres sont plus forts que nous.
Espérons que nos enfants, nos petits-enfants relèveront la tête de notre chère Afrique. Qu’ils prendront conscience de toutes les mutations qui devront s’opérer tant au niveau des esprits, qu’au niveau de la gestion de toutes les ressources et espérons-le, à ce moment-là, à la gestion d’une Union Africaine concrète, avec une monnaie unique et un modèle économique viable, comme tous ceux qui ont réussi. On ne réinventera pas le monde… Mais, on a quand même le droit de rêver un peu, avec une pointe de foi, qui nous fait croire qu’un jour, l’UNION AFRICAINE existera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *